31 décembre 2009

Naissance d’une rumeur

En ce beau dimanche après-midi, le soleil aoûtien brillait. Le club des 4a (voir : «  exit ce vieux ronchon de Lucien ») était, comme à son accoutumé, réuni chez Adélaïde, pour la lecture quotidienne du journal que la vieille femme tenait sur son cahier. Journal qui était toujours bien maigre pendant l’été, avec tous les départs en vacances, ou les différentes sorties des habitants de la Résidence Fleurie. Heureusement, cette année, le nouveau locataire, L’Impudique, défrayait leur chronique avec toutes ces frasques. Elles... [Lire la suite]
Posté par Giovanni Petot à 20:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 décembre 2009

Exit ce vieux ronchon de Lucien

Comme tous les jours, le club des 4A, comme elles le nommaient, s’était réuni chez Adélaïde. La raison de ce nom était simple : elles étaient 4, et toutes avaient des prénoms commençant pas A. Adélaïde, 92 ans, Agathe 88 ans, Amélie la cadette, 86 ans, et elle, Artémise, la doyenne, 96 ans. Seule Adélaïde vivait dans le bâtiment B, et avait une belle vue sur le bâtiment A, depuis les fenêtres de son petit appartement. Elle était aussi la reine des commérages, qui, depuis des années, observait tout ce qui se passait. Pour être certaine... [Lire la suite]
Posté par Giovanni Petot à 03:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 décembre 2009

Monique attendait

Monique attendait. Comme tous les soirs, depuis des années, Monique attendait le retour du travail de Gérard. Elle quittait la maison sur les coups de 16:30 et gagnait la gare routière, qu‘elle atteignait un demi-heure plus tard, juste avant l‘arrivée de l‘autocar.  C’était généralement beaucoup trop tôt, Gérard avait des horaires irréguliers, pouvant rentrer à dix-sept heures aussi bien qu’avec le dernier autocar, celui de vingt-trois heures. Mais Monique attendait aussi longtemps que besoin. Monique attendait en... [Lire la suite]
Posté par Giovanni Petot à 23:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 décembre 2009

Le petit frère (Drame)

Il faisait si sombre que l’on se serait cru au crépuscule, alors que les cloches de la petite église venaient seulement de sonner la demi de quatorze heures. Une pluie torrentielle, autant qu’inattendue, s’abattait sur la petite assemblée, mais nul ne semblait y prêter vraiment attention, comme si personne ne voulait troubler la gravité du moment. Imperturbable, le prêtre continuait de prier au dessus de la tombe béante. En son fond, un petit cercueil blanc. Les malheureux parents se tenaient de chaque côté de la petite... [Lire la suite]
Posté par Giovanni Petot à 23:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]